Roadbook n°9 – The three little of the Caucasus

After 1 month in Iran, we are eager to begin our roadtrip in the Caucasus. It is Armenia, as small country as Belgium; Georgia, famous for its gastronomy and mountain range and Azerbaijan about which we have no idea, that are waiting for us on the other side of the border.

The quarrels that are taking place in the region of Nagorno-Karabakh, an Azeri region under the Republic of Azerbaijan by Armenians or on the other way around for the Azeris of course, are nearby. Despite this strong military presence, when the guards see that Quentin is French, they get their smile back and constantly refer with pride to “Charles Aznavour” (famous French singer with Armenian origin). It changes from the quotes of “Zidane” and singing a few sentence with them relax a bit the atmosphere.

At 3 am, we are on the other side, excited to discover these three new countries during the next two months. In thurst of civilization and the Internet, we head to Yerevan, the capital. Every morning we push our departure and eventually stay there for eight days. This capital fulfilled us. Its unique architecture made of huge pale pink stones that cover all the facades of almost every Soviet building is very strange at the first sight, it is also called “Pink City”.image But it offers a lot of charm in the end. And this freedom … Cafés in every corner, music in the streets, bars, museums, art galleries, jazz clubs, women drinking their coffee in a park with their friends and children unveiled, uncovered arms, jeans … it seems completely normal for you but after Iran, it’s back to “reality”. But putting our cultural-shock aside, Yerevan’s a beautiful capital that has nothing to envy from our European capitals, if not their sizes.

What did we like in this small country at the end ?

- Playing chess in the chess academy of Yerevan dedicated solely to this game. Chess is a lifestyle here. Everyone plays since 7yrs old. It is even a class in schools, such as yoga in India;

- Taste the Armenian “snickers”. Nuts covered with dried fruit pastry. Excellent, especially the pomegranate ones. We find the same in Georgia but bigger and more floury;
– Enjoy the many jazz clubs in the city, mainly the famous Jazz Club Malkass which resonated in our bones for more than 4 hours with two musician groups;

- Learn that the Armenian cheese can be as strong as the French ones, we have the feeling that we drink directly from the cow’s udder;

- Visit one of the oldest monasteries of the country where you quickly appreciate the sounds with heavy and powerful echoes when monks sing like “Moooohoooo hooooo oooooo oooooo … Amen.” Let’s not forget that Armenia is the first Christian state in the world. Founded in 303, today they have dozens of monasteries across the country. We don’t visit a lot since the one of Geghart really amazed us;

- Take “Marshutka”. It is the main mean of transport in the Caucasus. This term is so representative of this crowded mini-bus where some have to stand with the head bent due to the short interior height or if you have the chance to sit, you have to share your seat between cartons of chickens (in the countryside, not in town of course) or packages! And yes, the Marshutka works also as the post office. As in Africa by the way;

- Take a train to Gyumri, a city where there is nothing to see and do. But the ride in this old train that runs along the Turkish border offered us superb views and also the opportunity to buy herbs, radishes and salads from our wooden bench of another century. Mobile vendors in trains or at bus stations, it’s a whole love story. Sometimes they have such original concepts. We love them, especially when our stomachs are rumbling. We had beautiful and unpleasant surprises. Everything is possible, really. In Azerbaijan, a men was running around with a real display on wheels to sell sunglasses (like in an optician shop), just before taking a bus. It can always be useful… We do not continue the list, it is too long. In short, we arrived in Gyumri and were welcome for a home-stay. Another beautiful evening. The next day we set off to discover the ghettos of the survivors of the earthquake that killed more than 50 000 people in this small town. Even though it was in 1988, the situation has not really changed. Many still live in those crapy old containers or metal caravan/do-it-yourself houses. We were invited by a family to drink a coffee. It was good, certainly, but the living conditions were not.imageBefore leaving for Georgia, we try to go hiking in the North East but the weather was against us… For our last day, we walked for hours, carrying tons of mud sticked on our shoes. So at end of May, we are in Georgia with a nice stamp in our passport but no transport to reach the capital, Tbilisi. We jumped quickly into a marshutka in the morning but it only dropped off passengers at border points. Most travelers already prepared their transport but as organized as we are, we have nothing. We therefore decided to hitchhike, without success. But after 30 minutes, we are in a truck. It doesn’t seem like, but truck driver have a pretty comfy place up there in their cabine. We will have a panoramic view over the next three hours before the driver drop us off at the roadside before entering the city. Where are we ? Where are we going ? We have no Lari (local currency) … Solution: jump on the first public bus that slows down in the traffic jam, hoping that it is going in the city center. After all, all roads lead to Rome, right? At the bus station, we take out those famous Lari to pay our transportation but the driver invited us.

Our entry into the capital made us quickly think of Budapest, the city of Agota. Between its majestic buildings (in this case a monastery more than 80m high) on the hill and across the other side of the river, the old city center. It is a total delight! This capital will remain one of the most beautiful of our trip, even better than Yerevan, but obviously not better than Budapest. We shall returned to it 3 times to get our Azeri visas that were constantly postponed. And the ultimate day, the officer did not want to give back the passport of Quentin. He thought it was another person with his long hair and bear. Since our departure, everybody think he is Israeli (most of the time), Mexican, Brazilian, Turkmenistan… Never French as long he doesnt speak.5mn later, we finally have it. imageBetween these multiple returns, we left for a week and half towards the Black Sea in to Batumi and did our first trekking in the Caucasus. Then another week in the North to do other hikes in the Caucuses, again and always. The last will be in the Kazbegi region, where we have pushed our limits.

On our map, we see a base camp at the foot of Mount Kazbek (5000m). Why not going there? The guides and fellow travelers that we met told us that the ascent takes 7 hours, there is a lot of snow and the rooms at the base camp are very basic. We rented two large sleeping bags, 3.5kg each hanging on both sides of our small backpack (we left our big ones as a caution because we did not have our passports), mountaineering boots and waterproof gaiters to join the camp because we will have to cross a glacier. Don’t imagine a glacier as in mountaineering films! It is all covered with snow anyway, but we still had our dose of thrill thanks to some crevasse and the sound of breaking snow of the avalanches on the other side. After 4 hours of walking, we believe that we are halfway. But the hardest is yet to come. Thick fog settles for hours on our way. We did not see further than 5m and walked like ants on the side of the mountain. This white paradise will turn quickly into a nightmare. The sliding of Agota between two mountain sides for 25m will scare us even more. Every time we thought we get to the camp but we were wrong. We were too slow. We spend more than 3 hours to cover the last 2km. The fresh, powdery snow climbed up to our knees, even thighs often. The ascent is endless. We saw the base camp on and off between the movement of two clouds and some sunlight – but with our mammoth walking, it seems like it doesn’t get closer to us. And the lack of oxygen begins. Physical and mental fatigue is rising above us. imageTo be honest, it was not really smart to go without technical clothing and trainings. Lack of sport on the road (not easy when traveling to keep in shape) will cost us, again. But we were closer to the end than the beginning, and then we had the most important: good health, good shoes and a big desire to finish quickly. It did not take us an additional 4 hours of walking but 7 so total 11 hours to reach this goddamn base camp! Literally exhausted, we crush down by the side of the fire in the common room and the guides, who quickly understood what we had to endure by looking at our face, took care of us. One, two, three … seven shots of homemade vodka to heal our feet, singing Georgian songs with a guitar. It feels good! In this old Soviet meteo station converted into a mountaineering base camp, there are no “tourist”, only professional or amateur mountaineers who all want all to conquer Kazbek. We are the only young (besides the guides), only couple and Agota the only woman who came up to say hello. We are quite proud to be honest! At 9pm, after a very light meal, our bed are calling us to regain strength before going down the next day. Not easy to fall asleep with all these stories of disappeared hikers who attempted the peak of Mount Kazbek or to join the camp at the wrong time… Sad reality! The next day we are more careful and take advantage of the views that the Caucaus is finally offering us. It took us 6 hours to go down but less than 15 minutes to devour huge kachapuri dishes, salads, beers, etc.

After this adventure, we make a stop in the region of Svaneti, very famous town for their traditional wines. Georgia is one of the oldest wine-producing nations in the world, maybe even its cradle. The first traces of viticulture dates back to 8000 years ago with production patterns of kveri (large underground jar). We would have stayed in this province a little longer, but the clock is ticking. Margaux, Quentin’s sister is joining us in less than 20 hours 600km away. It is time to take our sleeper train to arrive in the early morning in our last Caucasian country, Azerbaijan.

In Baku, the capital, we get our package from Lille :) We will change nothing regarding our travel style with her. Lose a day in transport for many reasons, taking hours here and there (especially market) to spend time with the locals, eating a little ears of corn and a packet chips for lunch, take public transport by squeezing tight on each other, walk 1 hour with our backpack to reach a hostel instead of taking a taxi to keep fit and watch our budget, sleeping in home-stays, etc … this is our life since 9 months. She will be the only person who understands our daily backpackers life, what we lived and how. She is the only person who can really understand what it means to “tcheu tcheu?” and all the circumstances that follows. Brackets of travel philosophy is over! So what have we done in Baku? Not much. Indulges in the city, smoking a shisha in a local cafe playing cards to catch up time, spend an evening with Azeri friends of Margaux to learn more about this country we’ve never heard about and its people so honest and good hearted!

We will stay just a day to the capital to focus our time in the countryside. Baki, as the locals call it, is a very cosmopolitan city (its history with black gold and the two neighbors dragging into it made it so). It is changing at Speed with capital S as it can be seen from the top of the legendary Maiden Tower with a 360 degree views over the city and the coast. On one hand, the city center, which has hosted the F1 race late June when we were there, is elegant with its old, aristocratic buildings of the Soviet era hosting luxurious boutiques on the ground floor. On the other, the beautiful old town center is enclosed by fortress walls from another century, viewed by this trio of dancing glass towers of 180m, called “Flame Towers” to refer to the country. We are on the “land of fire”. Behind we can still see the old port, off-and on shore oil drills and along the corniche modern malls, one of them reminded us to the theater of Sydney.

Afterwards, we will enjoy the virtues of a charming small town in the North, Seki. We walk to the foot of the mountains to admire the sunsets when the shepherds bring back their herds, playing OK-game with locals in a cafe, do our grocery shopping to enjoy all this strong and fresh herbs, look for sheep cheese, fresh bread, as we can not always find this in restaurants. They mainly offer meat or super oily dishes. But we were surprised by this dograma, cold soup of herbs which recipe we sent to our donors for their reward regarding our crowdfunding campaign last year! But that was only the beginning, a warm-up for Margaux. We reserved her a little surprise after.

At the foothills of the mountain Caucasus, some villages of few hundred inhabitants are living in autarky. Their Middle-Age lifestyle compared to the rest of the country made it a proud region for its values ​​and traditions. After 2 hours drive starting from a small town northeast of the country, we finally arrived in this village, its name we not reveal. Here, we speak Azeri and that’s it. With our little phrase book offered by the tourist office in Seki, we began a conversation with some guys who spend their time by checking how their watch is ticking, smoking their cigarettes with their hot chai (tea) in their hand, in front of the only “store” of the village. With body language and beautiful drawings, we seek a home stay for 3 nights. 30 minutes later, we think we got along to make it clear as our new friend Raouf was keeping repeating “no problem” and welcomed us in his home with brother. This decision is one of the most rewarding of our trip. These three days homestay, how rich in encounters and discoveries, will remain engraved in our memories forever. It was the best home-stay of the whole trip.image

imageLocated more than 2200m above sea level in the heart of a mountain range, this village is so charming with its well-built wooden houses, metal sheets and stones, including a shop, a mosque, a school and a games/party room. But how to summarize our days while we were living in slow motion, only walking around the village, playing with children, sleeping, eating, drinking like kings, bathing in a basin used for making cheese, driving in the sheeps, milking cows, etc. The photos of our photo gallery herebelow speak for themselves!

The next few nights were less comfortable. The first was on the little “couches” of Baku airport since our trio must split at 5am and it was impossible to find housing during the F1 race; the second on cartons of Pizza Hut and Costa coffee to protect us from the cold marble floor of Dubai airport waiting for our check-in 10 hours later. The third was under a mosquito net in a motel located in the middle of a carpenters market who built beds day and night. It was in Kampala, capital of Uganda.

The last roadbook (about Africa) will be sent from Europe. Today, we still have three weeks. The countdown starts!

Agota and Quentin

IMG_0224

Carnet de route n°9 – Les trois petits du Caucasse

Featured

Aprés 1mois en Iran, nous sommes impatients d’entamer notre troncon dans le Caucasse. C’est l’Arménie, état aussi petit que la Belgique, la Géorgie, célébre pour sa gastronomie et chaine de montagnes et l’Azerbaidjan dont nous avons aucune idée, qui nous attendent de l’autre côté de ce poste frontiére Irano-Arménien.

Les querelles qui se déroulent dans région du Nagorno-Karabagh, une région Azérie sous la république d’Azerbaidjan selon les Arméniens ou l’inverse bien sur pour les Azeris, sont toutes proches. Malgré cette présence militaire importante, quand les gardes apprennent que Quentin est Francais, ils retrouvent le sourire et s’exclament sans cesse avec une grande fierté “Charles Aznavour” (célèbre chanteur Francais d’origine Arménienne). Ca change des citations de “Zidane” et puis chanter quelques phrases avec eux détends un peu l’atmosphére.

À 3h du matin, nous sommes de l’autre côté, excités à l’idée de découvrir ces trois nouveaux pays les deux prochains mois. En quête de civilisation et d’internet, nous filons à Yerevan, la capitale. Chaque matin, nous repoussons notre départ et y resterons au final huit jours. Cette aspirante capitale nous a comblé. Son unique architecture faites de veilles pierres imposantes roses pâles qui couvrent toutes les facades de quasi tous les immeubles est au départ fort étrange, on l’appelle d’ailleurs “la ville Rose”. imageMais cela offre beaucoup de charme au final. Et cette liberté… Des cafés à chaque coin de rue, de la musique dans la rue, des bars, des musées, des galeries d’art, des jazz-clubs, des femmes qui boivent un café dans un parc avec leurs amies et enfants sans voile, bras découvert, jean… Ca vous parait complétement normale mais aprés l’Iran, c’est le retour à la “réalité”. Même si le choc aprés ce pays n’y ai pas pour rien, Yerevan reste quand même une superbe capitale qui n’a rien a envier à nos capitales Européenes, si ce n’est leur taille.

Ce que nous avons préféré dans cette ville lilliputienne ?

- Jouer aux échecs au centre sportif de Yerevan uniquement dédié à ce jeu. Les échecs, c’es un style de vie ici. Tout le monde y jouent dés 7ans. C’est même un cour dans les écoles, comme le yoga en Inde;

- Gouter le “snickers” Arménien. Un filet de noix recouvert d’une pâte de fruit sec. Excellent, surtout celui à la framboise. On retrouvera les mêmes en Géorgie mais bien plus copieux et farineux;

- Profiter des nombreux jazz-clubs de la ville dont le plus célébre Malkass Jazz Club qui nous aura fait vibrés pendant plus de 4heures avec deux groupes de musicien.

- Apprendre que le fromage Arménien peut-être aussi fort que le fromage Francais, on pourrait croire que nous buvons directement du pie de la vache;

- Visiter l’un des plus vieux monastére du pays où vous prenez vite goût à chanter avec un échos lourd et puissant comme les moines “Moooohoooo hooooo oooooo oooooo… Amen”. N’oublions pas que l’Arménie est le premier état Chrétien au monde. Fondée en 303, ils ont aujourd’hui des dizaines de monastéres à travers tout le pays. Nous en ferons trés peu étant donné que celui de Geghart nous a vraiment émerveillé;

- Prendre des “Matshutka”. C’est les moyens de transport dans le Caucasse. Ce terme est tellement répresentatif de ce mini-bus bondé où l’on se tient même debout la tete bien courbée vers le sol, ou si on a la chance de s’asseoir on peut etre amené à partager son siége entre des cartons remplies de poules (dans la campagne, pas en ville bien sûr) ou des colis! Et oui, le Matshutka fait également office de poste. Tout comme en Afrique d’ailleurs;

- Prendre un train pour aller à Gyumri, une ville où il n’y à rien à voir et faire. Mais le trajet dans ce vieux train qui longe la frontiére Turque nous aura offert de superbes vues et aussi l’opportunité d’y acheter des herbes, radis et salades depuis notre banquette en bois d’un autre siècle. Les vendeurs ambulants dans les trains ou les stations des bus, c’est tout une histoire d’amour. Ils ont parfois des concepts tellement originaux. On adorent, surtout quand nos estomac se creusent. On a eu de belles et mauvaises surprises. Tout est possible, vraiment. En Azerbaidjan, des hommes se baladent avec des vraies présentoirs à roulettes pour vendre des lunettes de soleil (comme chez un opticien), juste avant de prendre un bus. Ca peut toujours etre utile… On ne continue pas la liste, elle est bien trop longue. Bref, à notre arrivée à Gyumri, nous sommes acceuillis chez l’habitant. Encore une belle soirée. Le lendemain nous partons découvrir les ghettos des rescapés du tremblement de terre qui a fait plus de 50 000 morts dans cette petite ville. Même si c’était en 1988, la situation n’a pas vraiment changé. Ils vivent encore dans ces containers aménagés ou baraques de fortune. Nous avons été invitè dans l’une d’entre elles pour boire le café. Il était bon, certes, mais les conditions de vie ne l’étaient pas.

imageAvant de partir pour la Géorgie, nous tentons de faire des randonnées dans le Nord-Est mais la métèo était peu clémente… Pour notre dernier jour, nous marcherons des heures et ferons les équilibristes sur ces pistes de boues. Fin Mai, nous sommes donc en Géorgie avec un beau tampon sur notre passeport mais pas de moyen de transport pour rejoindre Tbilissi, la capitale. Nous avions en effet rapidement sauté dans un matshutka le matin même mais il ne faisait que déposer les passagers aux postes frontières. La plupart des voyageurs avaient déjà préparés leur transport mais nous, organisés comme nous sommes, nous avons rien. On se résigne donc à faire du stop, sans succès. Mais aprés 30mn, on se retrouve dans un camion. On ne dirait pas mais les routiers sont quand meme bien perchés là-haut. Nous aurons une vue panoramique pendant les trois prochaines heures avant que le chauffeur nous largue au bord de la route avant de rentrer dans la ville. On est ou ? On va ou ? On n’a pas de Lari (monnaie locale)… Solution: sauter dans le premier bus public qui ira, on l’espere, dans le centre-ville. Aprés tout, tous les chemins ménent a Rome non ? Arrivée à la station de bus, on sors pour retirer ces fameux Lari et payer notre transport mais le chauffeur nous invite.

Notre entrée dans la capitale nous a fait rapidement penser à Budapest, la ville natale d’Agota. Entre ses édifices majestueux (en l’occurence ici un monastére de plus de 80m de haut) sur la colline et en face de l’autre côté du fleuve, le vieux centre-ville. C’est l’enchantement total! Cette capitale restera l’une des plus belles de tout notre voyage, meme mieux que Yerevan oui mais pas mieux que Budapest tout de même. Nous y reviendrons d’ailleurs 3 fois pour récupèrer nos visas Azéri qui étaient sans cesse reporter à X jours. Et le jour ultime, l’officier ne voulait pas rendre le passeport à Quentin. imageIl pensait que c’était une autre personne avec ses cheveux longs, sa barbe. Depuis notre départ tout le monde pense qu’il est Israelien (70% du temps), Mexicain, Brésilien, Turkménistanais… Jamais Francais, a part quand il commence à parler. 5mn plus tard, nous avons notre sesame. Bref, entre ses multiples retours, nous sommes donc partis une semaine et demie en direction de la Mer Noire à Batumi et faire nos premiéres randonnées dans le Caucasse. Puis une autre semaine dans le Nord pour faire d’autre randonnées dans le Caucasse, encore et toujours. La derniére se fera dans la région du Kazbegi où nous avons repoussé nos limites.

Sur notre carte, nous voyons un camp de base au pied du Mont Kazbek (5000m). Pourquoi pas y aller ? Les guides et les autres voyageurs que nous avons croisé nous signalent que l’ascencion dure 7h, qu’il y a beaucoup de neige et que les chambres au camp de base sont rudimentaires. Nous louons donc deux gros sacs de couchage de 3.5kg chacun qui pendront des deux côtés de notre tout petit sac à dos (nous laisserons nos sacs de voyage en caution car nous n’avions pas nos passeports), des chaussures imperméables et gêtres puisque pour rejoindre le camp nous devrons traverser un glacier. Ne vous imaginez pas un glacier comme dans les films d’alpinisme. Il est recouvert de neige de tout manière mais on a quand meme eu notre dose de sensation forte avec quelques crevasses et le son des avalanches au bord du glacier. Après 4h de marche, nous estimons que nous sommes à mi-parcours. Mais le plus dure reste à venir. Un brouillard épais s’installe confortablement pendant de longues heures sur notre route. Nous ne voyions pas plus loin que 5m et marchions à pas de fourmi sur le flanc de la montagne. Ce paradis tout blanc se transformera vite en cauchemar. Tout d’abord, la glissage d’Agota entre deux flancs sur 25m nous donnera des frissons dans le dos. Chaque heure, nous pensions arriver au camp mais nous avions tort. Nous étions trop lent. Nous mettrons plus de 3h pour couvrir les derniers 2km. La neige bien fraiche et poudreuse nous montait jusqu’aux genoux, voir cuisses parfois. L’ascension est interminable. Entre deux trois rayons de soleil et quand le vent nous le permettait, nous voyons notre camp de base qui ne semblait pas se rapprocher au fur et à mesure de nos pas de mammouth. Et le manque d’oxygène commencait à se faire sentir. La fatigue physique et mentale se fait grandement ressentir également.image

En même temps, c’etait pas vraiment futé de partir ainsi sans vêtements techniques (ils font la différence, croyez-nous) et entrainements. Le manque de sport sur la route (pas facile quand on voyage de faire du sport) nous aura coûté cher, encore. Mais nous étions plus proche de l’arrivée, que le départ, et puis nous avons le principale: bonne santé, chaussures et une bonne grosse envie d’en terminer rapidement. Nous n’avons pas mis 4h supplémentaire de marche mais 7h, soit 11h pour atteindre ce ****** de camp de base! Littéralement exténués, nous nous ecrasons comme des larves à coté du feu dans la piece commune et les guides, qui ont vite compris ce qu’on venait d’endurer vue notre tête, prennaient soin de nous. Une, deux, trois,… sept shots de vodka fait maison pour se remettre sur pied sur des fonds de chant Georgien à la guitare. Ca fait du bien! Dans cette vieille station meteo soviet reamenagé en camp de base, aucun “touriste” que des professionnels ou amateurs d’alpinisme qui veulent tous monter sur le toit du Kazbek. Nous sommes les seuls jeunes, seul couple et Agota la seule femme qui sommes venus dire coucou là-haut comme des bons vieux touristes. On n’est pas peu fiers. Á 21h, apres un fort leger repas, notre lit nous appelle pour reprendre des forces avant de rebrousser chemin le lendemain. Pas facile de s’endormir avec toutes ses histoires de disparus qui ont tenté le pic du Mont Kazbek ou tenté de rejoindre ce camp au mauvais moment aux mauvaises heures… Triste réalité! Le lendemain, nous sommes sur nos gardes et profitons des vues que nous offre, enfin, le Caucasse. Nous mettrons 6h pour redescendre mais moins de 15minutes pour dévorer d’énormes plats de kachapuri, salades, biéres, etc.

Aprés cette aventure, nous faisons un stop dans la region du Svaneti, fort reputé pour ces vins traditionnels. La Géorgie est une des plus vieilles nations productrices de vin au monde, voir peut-être même son berceau. Les premiéres traces de viticultures remontent à 8000ans avec des modes de production en kveri (grand jarre sous terre). Nous serons donc bien restés d’avantage dans ce pays qui nous a tant plus, mais l’horloge tourne. Margaux, la soeur de Quentin nous rejoint dans moins de 20h à 600km. Il est temps de prendre notre train couchette pour arriver au petit matin dans notre dernier pays du Caucasse, l’Azerbaidjan.

À Baku, la capitale, nous récupérons notre colis de Lille :) Nous allons rien changer à notre maniére de voyager avec elle. Perdre un jour dans les transports pour multiples raisons, érrer des heures ici et là (surtout au marché) pour passer du temps avec les locaux, manger un pauvre epis de mais et un paquet de chips pour repas, prendre les transports en commun en se serrant les uns sur les autres, marcher 1h avec son sac à dos pour rejoindre une auberge au lieu de prendre un taxi afin de garder la forme et surveiller notre budget, dormir chez l’habitant, etc… c’est ça notre vie depuis 9mois. Ca sera la seule personne qui aura compris notre quotidien de routards, ce que nous avons vécu et comment. C’est la seule qui peut comprendre réellement ce que veut dire “tcheu tcheu ?” et tout ce qui en suit. Paranthése philosophie de voyage terminé. Donc qu’avons nous fait à Baku ? Pas grand chose. Se laisse aller dans la ville, fumer une chicha dans un café local en jouant aux cartes pour rattraper le temps perdu, passer une soirée avec des amis Azéris de Margaux pour en apprendre plus sur ce pays dont on entend jamais parlé avec ses habitants si honnêtes et de bons coeurs!

Nous serons restés juste une journée à la capitale afin de consacrer notre temps dans la campagne. Baki, comme les locaux l’appellent, est une ville très cosmopolite (son histoire avec l’or noir et ses deux voisins qui se l’arrachait en ont fait ainsi). Elle change à vitesse grand V comme on peut en être témoin du haut de la mythique Maiden Towers qui offre une vue à 360degrés entre la ville et la côte. D’un coté, on peut apercevoir un centre-ville élégant où ses vieux bâtiments de l’Union soviétique accueillent au rez de chaussée des boutiques de luxe. Il a d’ailleurs accueilli une course de F1 fin Juin quand nous y étions. De l’autre côté, le magnifique vieux centre-ville quant à lui enfermé par ces murs de forteresse d’une autre époque surveillé par ce trio de tours de verres dansantes de 180m, appelés “Tours de feu” pour faire référence au pays. Nous sommes sur les “terres de feu”. Derrière, nous pouvons encore apercevoir les vieux ports, au loin des puits de pétrole ou off-shore alors que se développent le long de la corniche des centres commerciaux dont les formes de l’un d’entre eux nous ont fait rapidement pensé aux théâtre de Sydney.

Plus tard, nous profiterons des vertus d’une charmante petite ville Azéri dans le Nord du pays, Seki. Nous marchons au pied des montagnes pour admirer les couchers de soleil quand les bergers viennent abreuver leurs troupeaux. Ou encore jouer aux OK avec les locaux dans un café de derriére les fagots, faire nos courses aux marchés pour savourer toutes ses herbes si fortes et fraiches, chercher son fromage de brebis, pain frais, etc que nous ne pouvons pas toujours retrouver dans des restaurants qui offrent principalement des plats à base de viandes et/ou beaucoup d’huile! Mais nous avons été surpris par ce dolgroma, soupe froide d’herbes dont nous avons envoyé la recette à nos donateurs pour récompense suite à la campagne de financement participatif l’an dernier! Mais ce n’était qu’un début, une mise en jambe pour Margaux. Nous lui réservions une petite surprise aprés.imageIl existe, au pied des montagnes du Caucasse, encore des petits villages de quelques centaines d’habitants qui vivent en autarcie. Leur mode de vie Moyen-Ageux comparé au reste du pays en fait une région fort fier de ses valeurs et traditions. Aprés 2h de route en partant d’une toute petite ville du Nord-Est du pays, nous arrivons enfin dans ce village dont nous vous dévoilerons pas le nom. Ici, on parle un dialect Azéris et c’est tout. Avec notre petit livre de conversation offert par l’office de tourisme de Seki, on entame une conversation avec quelques gaillards qui regardent leur montres tournaient en fumant leurs cigarettes avec leur chaï (thé) bouillant à la main en face du seul “magasin” du village.  Avec le language des signes et des beaux dessins, nous cherchons un logement chez l’habitant pour 3 nuits. 30mn plus tard, on pense s’être fait comprendre puisque notre acolyte Raouf qui répète sans cesse “no problem” et son cousin nous acceuillent chez eux. Cette décision aura été l’une des plus gratifiantes de notre voyage. Ces 3 jours chez l’habitant Ô combien riche en rencontre et découverte resterons à jamais gravés dans nos mémoires. C’était le meilleur home-stay de tout le voyage.image

imageSitué à plus de 2200m d’altitude au coeur d’une chaine de montagne, entourées de maison bien baricadées en bois, toles et pierres, on compte un magasin, une mosque, une ecole et une salle de jeux/fêtes. Mais comment résumer nos journées alors que nous vivions au ralenti si ce n’est que de se ballader dans le village, jouer avec les enfants, dormir, manger, boire comme des rois, se laver dans une bassine utilisé pour faire le fromage, rentrer les moutons, traire les vaches, etc. Les photos de notre album ci-dessous parlent d’elles-mêmes!

Les nuits suivantes auront été moins confortable. L’une se fera sur les banquettes de l’aéroport de Baku puisque notre trio devait se séparer à 5h du matin et il était impossible de trouver une logement abordable pendant la course de F1, la deuxiéme sur des cartons de Pizza hut et Costa coffee pour nous protéger du marbre froid de l’aéroport de Dubai en attendant notre check-in 10heures plus tard. La troisiéme, c’était sous une moustiquaire dans un motel au pied d’un marché de menuisiers qui construisaient des lits toute la nuit. C’était à Kampala, la capitale de l’Ouganda.

La suite à notre retour en Europe. Aujourd’hui, il nous reste 3 semaines. Le compte à rebours est lancé.

Agota et Quentin

IMG_0224